• Valérie Siino

Relations extra-conjugales : suite et fin.

Mis à jour : avr. 3


Elle pensait que son mari était la cause de son mal-être. Il pensait qu'il lui manquait quelque chose dans la vie, hors de son pré carré. L'herbe n'est verte qu'à l'endroit où on l'arrose.

Un jour, au bureau ou ailleurs, ils se sont rapprochés, savaient tous deux qu'ils étaient mariés, et l'oubliaient régulièrement. Un mouchoir était posé sur leur bonne conscience, leur alliance était au fond du sac pour deux heures volées ici ou là, avant de rentrer mentir au conjoint sur la journée harassante qu'ils avaient vécue. La relation dura : amants depuis des années.

Puis un jour, les deux décidèrent de quitter leur conjoint et s'installer en couple.... Et là, commence les déconvenues !...


Ce qui sous-tendait la relation initiale :

- le non-dit et le secret,

- la fuite,

- le mensonge,

- le non-engagement,

- l'intensité,

- la transgression,

- des rencontres courtes et espacées,

- une posture de victime,

- se consoler ensemble,

- jouer, rêver ensemble,

- la frustration,

- le besoin de se réconforter,

- le plaisir, le désir, du jeu,

- le goût de l'évasion,

- etc, etc....


Ce contexte liait le couple, c'était leurs repères implicites ou explicites.


Leur nouveau contexte :

- de l'engagement ouvert,

- de la présence permanente,

- du quotidien,

- la gestion des enfants et de la maison, des courses, le ménage,

- la gestion des belles-mères, des ex,

- les réveils qui sonnent le matin et la mauvaise humeur,

- les cernes et les poils de barbe dans le lavabo,

- la cuvette des wc qui reste soulevée,

- les pantoufles qui trainent dans l'entrée,

- tiens, à qui il écrit ce texto ?

- pourquoi elle se fait belle avant de sortir ?

- je suis fatiguée, non pas ce soir,

- tu m'aimes ?

- tu aurais pu acheter de la lessive, tu aurais pu sortir la vaisselle, la poubelle est encore pleine,

- qu'est-ce qu'on fait ce week-end ? "Rien 'chuis crevé", dit-il affalé dans le fauteuil...


Le désir se transforme en quotidien, en lassitude, en déception, en colère, en peur de trahison, en rancoeur, en fuite et évitement. On en vient à se supporter, se tolérer, s'éviter, s'étioler...

Tiens, on dirait que ça ressemble étrangement à leur histoire initiale... passons.


Et là, ce couple s'érode, s'effrite, s'efface doucement. Ils passent de la vie DE couple, à la vie EN couple.

Que dire alors de ces célibataires qui vivaient chacun de leur côté et qui, à cause du confinement ont décidé de vivre ensemble ?

S'installe-t-on... à cause de... ?

- la peur de la mort,

- la peur de la solitude,

- se rassurer ensemble,

- garder l'autre sous contrôle et choisir de l'avoir 24/24 sous la main plutôt que rien du tout,

- ne pas avoir su dire non à la proposition de l'autre,

- autres raison ?.... Ces raisons sont des peurs, de l'évitement, du contrôle, de l'opportunisme...



Je reste à votre disposition pour vous aider à sortir de cette impasse.

Je vous souhaite une bonne journée, Cordialement,

Valérie Siino

Me contacter au 04.90.31.40.72 - 06.05.17.72.08 (appel ou message vocal : pas de textos)

©2019 by Valérie Siino.